Skip to content

Recherche

Evolution - Research, NCCR Evolving Language, National Centre of Competence in Research

Le langage est ce qui distingue l’être humain des autres espèces. Mais malgré de nombreuses recherches, les origines de son évolution restent obscures. Nous vivons aujourd’hui de nombreux changements sociétaux et technologiques, avec des ramifications culturelles, psychologiques et évolutionnaires encore très incomprises. Que ce soit les nouveaux canaux numériques, l’utilisation constante des moteurs de recherche (accès instantané à l’information) ou encore l’avancée de l’intelligence artificielle… Tous ces nouveaux facteurs redessinent notre environnement communicatif et modifient la manière dont nous apprenons et utilisons le langage. Plus que jamais, il semble donc indispensable d’explorer en profondeur les origines et l’avenir du langage, poussant les sciences du langage au-devant des défis sociétaux et économiques.

Ainsi, et grâce à un programme de recherche transdisciplinaire sans précédent, le PRN Evolving Language étudie les origines évolutionnaires et l’avenir de la communication linguistique. Nous imaginons le langage comme un système de composants fait de trajectoires évolutionnaires distinctes et adoptons un cadre de comparaison à grande échelle pour étudier la nature et la fonction de ces trajectoires, selon trois axes thématiques. Ces trois axes de recherche sont complétés par des groupes de travail transversaux (Transversal Task Forces, TTF). Les TTF stimulent la collaboration interdisciplinaire par le partage de méthodes, de bases de données, de technologies et d’équipement, mais aussi par la promotion de discussions sur des sujets conceptuels et éthiques, ouvertes à tout le PRN.

Theme 1: Les structures dynamiques du langage Comment et pourquoi les structures du langage et leurs dynamiques temporelles ont-elles évolué ? Comment ces structures interagissent-elles avec les nouvelles technologies et les nouveaux canaux de communication ?

Le thème 1 du PRN a pour objectif de développer une compréhension dynamique des structures linguistiques, de deux manières : premièrement, elle cherche à définir la structure linguistique avec des termes biologiques plausibles. Ensuite, elle tente de capturer les dynamiques intergénérationnelles des structures linguistiques, comme leur ontogenèse ou leur diachronie. Pour la première phase d’Evolving Language (2020-2023), trois projets s’intéresseront aux principaux aspects de la structure du langage.

Thème 2 : Les substrats biologiques du langage Quels sont les mécanismes biologiques qui rendent le langage possible ? Peut-on, et devrait-on intervenir dans les fonctions du langage à l'aide de la neurotechnologie ?

Le thème 2 traite le langage comme un produit du cerveau, comme un système de traitement de l’information extrêmement complexe installé dans un tissu biologique. Le langage a évolué en parallèle d’une croissance rapide de deux régions cérébrales, le cortex préfrontal et le lobe temporal, en particulier dans l’hémisphère gauche du cerveau. La question globale de ce thème va au-delà de ce simple constat évolutionnaire et cherche les opérations cognitives et les principes neuronaux qui ont pu mener au développement de ces régions cérébrales et à leurs interactions spécifiques, cette croissance qui permet à la fois de produire et de traiter des flux sonores complexes importants, tout comme de créer des combinaisons presque illimités du langage.

Thème 3 : La cognition sociale du langage Quels sont les mécanismes cognitifs sociaux qui créent la base de la communication linguistique d’un point de vue phylogénétique et ontogénétique ? Comment ces mécanismes ont-ils évolué et comment évolueront-ils face aux communicants artificiels ?

Le thème 3 étudie le langage en tant que produit de l’interaction sociale entre des individus. Premièrement, il souhaite identifier les moteurs évolutionnaires qui ont poussé les premiers hominidés à passer des signalements primates à la communication linguistique humaine. Ensuite, son objectif est d’explorer le futur du langage, notamment l’impact des langages machine sur les langages naturels et leur développement. Les machines remplacent de plus en plus les fonctions sociales dans l’acquisition et l’intégration du langage, mais l’impact de ces développements sur le comportement linguistique humain reste encore peu connu.

Les Transversal Task Forces (TTF, groupes de travail transversaux) Les TTF stimulent la collaboration interdisciplinaire par le partage de méthodes, de bases de données, de technologies et d’équipement, mais aussi par la promotion de discussions sur des sujets conceptuels et éthiques, ouvertes à tout les groupes de recherche du PRN.

Les groupes de travail transversaux (TTFs) travaillent sur les problématiques fondamentales qui sont communes à tous les projets. Les responsables et membres des TTFs collaborent avec les membres d’un projet sur des solutions développées en commun, des publications et des événements dits “à la cité” permettant de promouvoir la collaboration interdisciplinaire et l’intégration des connaissances mutuelles.

Evolution - Research, NCCR Evolving Language, National Centre of Competence in Research

Le langage est ce qui distingue l’être humain des autres espèces. Mais malgré de nombreuses recherches, les origines de son évolution restent obscures. Nous vivons aujourd’hui de nombreux changements sociétaux et technologiques, avec des ramifications culturelles, psychologiques et évolutionnaires encore très incomprises. Que ce soit les nouveaux canaux numériques, l’utilisation constante des moteurs de recherche (accès instantané à l’information) ou encore l’avancée de l’intelligence artificielle… Tous ces nouveaux facteurs redessinent notre environnement communicatif et modifient la manière dont nous apprenons et utilisons le langage. Plus que jamais, il semble donc indispensable d’explorer en profondeur les origines et l’avenir du langage, poussant les sciences du langage au-devant des défis sociétaux et économiques.

Ainsi, et grâce à un programme de recherche transdisciplinaire sans précédent, le PRN Evolving Language étudie les origines évolutionnaires et l’avenir de la communication linguistique. Nous imaginons le langage comme un système de composants fait de trajectoires évolutionnaires distinctes et adoptons un cadre de comparaison à grande échelle pour étudier la nature et la fonction de ces trajectoires, selon trois axes thématiques. Ces trois axes de recherche sont complétés par des groupes de travail transversaux (Transversal Task Forces, TTF). Les TTF stimulent la collaboration interdisciplinaire par le partage de méthodes, de bases de données, de technologies et d’équipement, mais aussi par la promotion de discussions sur des sujets conceptuels et éthiques, ouvertes à tout le PRN.

Theme 1: Les structures dynamiques du langage Comment et pourquoi les structures du langage et leurs dynamiques temporelles ont-elles évolué ? Comment ces structures interagissent-elles avec les nouvelles technologies et les nouveaux canaux de communication ?

Le thème 1 du PRN a pour objectif de développer une compréhension dynamique des structures linguistiques, de deux manières : premièrement, elle cherche à définir la structure linguistique avec des termes biologiques plausibles. Ensuite, elle tente de capturer les dynamiques intergénérationnelles des structures linguistiques, comme leur ontogenèse ou leur diachronie. Pour la première phase d’Evolving Language (2020-2023), trois projets s’intéresseront aux principaux aspects de la structure du langage.

Thème 2 : Les substrats biologiques du langage Quels sont les mécanismes biologiques qui rendent le langage possible ? Peut-on, et devrait-on intervenir dans les fonctions du langage à l'aide de la neurotechnologie ?

Le thème 2 traite le langage comme un produit du cerveau, comme un système de traitement de l’information extrêmement complexe installé dans un tissu biologique. Le langage a évolué en parallèle d’une croissance rapide de deux régions cérébrales, le cortex préfrontal et le lobe temporal, en particulier dans l’hémisphère gauche du cerveau. La question globale de ce thème va au-delà de ce simple constat évolutionnaire et cherche les opérations cognitives et les principes neuronaux qui ont pu mener au développement de ces régions cérébrales et à leurs interactions spécifiques, cette croissance qui permet à la fois de produire et de traiter des flux sonores complexes importants, tout comme de créer des combinaisons presque illimités du langage.

Thème 3 : La cognition sociale du langage Quels sont les mécanismes cognitifs sociaux qui créent la base de la communication linguistique d’un point de vue phylogénétique et ontogénétique ? Comment ces mécanismes ont-ils évolué et comment évolueront-ils face aux communicants artificiels ?

Le thème 3 étudie le langage en tant que produit de l’interaction sociale entre des individus. Premièrement, il souhaite identifier les moteurs évolutionnaires qui ont poussé les premiers hominidés à passer des signalements primates à la communication linguistique humaine. Ensuite, son objectif est d’explorer le futur du langage, notamment l’impact des langages machine sur les langages naturels et leur développement. Les machines remplacent de plus en plus les fonctions sociales dans l’acquisition et l’intégration du langage, mais l’impact de ces développements sur le comportement linguistique humain reste encore peu connu.

Les Transversal Task Forces (TTF, groupes de travail transversaux) Les TTF stimulent la collaboration interdisciplinaire par le partage de méthodes, de bases de données, de technologies et d’équipement, mais aussi par la promotion de discussions sur des sujets conceptuels et éthiques, ouvertes à tout les groupes de recherche du PRN.

Les groupes de travail transversaux (TTFs) travaillent sur les problématiques fondamentales qui sont communes à tous les projets. Les responsables et membres des TTFs collaborent avec les membres d’un projet sur des solutions développées en commun, des publications et des événements dits “à la cité” permettant de promouvoir la collaboration interdisciplinaire et l’intégration des connaissances mutuelles.